Simu tutti di qualchi locu. Eiu, so di a CANAGHJA

A VITA DI ZIA SANTA


Rédigé le Lundi 14 Novembre 2022 à 22:40 | Lu 80 fois | 0 commentaire(s)

Article d'A.R et poésie d'E.C
PJ - article Corse-matin du 15/11/22


1- Article de Raffaelli André
Nous avons conduit à sa dernière demeure ce samedi passé notre tante Santa RAFFAELLI née CORALLINI. Elle aurait eu 103 ans au printemps prochain.
Qui était-elle ? Discrète mais fière de sa naissance, elle ne manquait jamais de glorifier ses parents et son milieu familial. Intelligente et studieuse, elle avait été contrainte d’interrompre ses études à Bastia pour prendre en mains, jusqu’à son mariage, la tenue de la maison que sa mère ne pouvait plus assurer pour des problèmes de santé.
Chez les CORALLINI, notables du village, les travaux des champs et les soins des bêtes laissaient peu de temps aux loisirs auxquels aurait pu prétendre une jeune fille de son âge. Elle s’en acquitta toujours avec soin et dévouement.
Mais il fallait envisager une autre vie. Elle épousa donc notre oncle Blaise Raffaelli et ils vécurent heureux, de nombreuses années.
Puis ses parents sont partis, son mari aussi ainsi que ses frères, la voilà seule mais entourée et soutenue par les siens, pas question de baisser les bras. La voilà devenue une personne de bon conseil, d’un comportement tempéré dans ses jugements, évitant les critiques et les médisances et toujours disponible pour rendre service. Jusqu’à un âge avancé elle a mené une vie tranquille mais  intellectuellement active, suivant avec attention les événements du monde et la vie politique qui était son ‘dada’. Ses réflexions étaient souvent très pertinentes, n’hésitant pas, le cas échéant, à vous sortir telle ou telle citation pour corroborer son opinion. Elle se plaisait aussi à se remémorer des poésies de son jeune âge comme l’école nous en faisait apprendre autrefois.
Mais Zia Santa était aussi une bonne cuisinière et savait recevoir. Elle excellait à faire des confitures et son fameux ‘limoncellu’ apprécié par ses visiteurs. Sa spécialité était les ‘frappe’. La recette originale venait de Bisinchi, rapportée par sa mère lors de son mariage. Au sujet du mariage de ses parents il est bon de rappeler comment s’organisèrent les préparatifs de la cérémonie : de Bisinchi et de Canaghja parti un cortège, la future mariée et son futur mari montés chacun sur un cheval blanc se croisèrent à la limite des communes, Stefanu CORALLINI remis les clés de la maison à Marie PAOLI et tous deux se présentèrent à Campile puis à l’église pour s’installer au hameau de Canaghja où les attendaient les habitants du village invités au repas de noces.
Voilà les réflexions qui me viennent à l’esprit en pensant à Zia Santa qui était aussi ma ‘cummare’. Elle laisse un vide au village car elle était la mémoire de ce qui fut, de la parenté, des lieux, des us et des coutumes.
Elle aura retrouvé, là-haut, ceux qui ont compté dans sa vie et, quand elle en aura fini avec eux, sûr que le Bon Dieu lui fera signe pour lui accorder le repos éternel qu’elle aura mérité.
 
2-Poésie d'Etienne Corallini
A  VITA  DI  ZIA  SANTA
 
U 10 di Maghju in 20                                                            Per mè ghjera cume una mama
in Paese di a Canaghja                                                          Quantè volte si hè inchietada
indè a Famiglia Corallini                                                       S'ella un mi vidià ghjunge
Una ziteluccia ghjè nata                                                        A u télèfonu era apiccata
Ghjera la prima figliola                                                         E tantu ch'o un rispundiva     
E Santa l'hanu chjamata !                                                      Ella un era tranquillizata
 
Hà ingrendatu in paese                                                         Oghje qui a mezzu a li toi
A la scola ghjé andata                                                           Eu ti voliu rende omaggiu
Cùn Timuleone Franceschi                                                   Mi hai amparatu a nostra lingua
Ella ne ha tantu emparatu                                                      E pò mi hai tantu datu
E a l'età di 11 ani                                                                   E credi puru o ziuccia
A u liceu hè fallata                                                                Mai mi ne scurderaghju
 
N'hè vulia fà stitutrice                                                            Memoria di lu paese
Mà lu destinu un ha vuliutu                                                   Oghje o Santa ti nè vai
ghjè ricullata in Canaghja di lu prevetu diplumata               Posse tù ripusà in pace          
Per aiutà la sò mama                                                             Fianc'a li tò antenati
Chi avìa sei omi in casa
                                                                                                 STEFANU
Ghjè diventada una dona
E pronta dà marità
Mà di Ziu Biasgiu in casa                                                                         
Un vulianu sente parlà
Allora so scapati in Parigi
Per pudessi marità
 
Ziu Biasgiu di l'armata
Ellu s'era ritiratu
Sò riturnati in paese
E buttea hanu pigliatu
A Canaghja ghjera viva
E elli ci participavanu
 
E pò so passati l'anni
A vita a cuntinuatu
Ziu ellu, si n'hè andatu
Lasciendu a Santa abbambanata
E durante 46 anni
Leale a ellu hè firmata
 
Durante a sò vita sana
A curatu tanta ghjente
Sia per lu bè o per lu male
Ella ghjera sempre presente
E ghje per què che'o oghje
Voliu onorà la sò mente
 
 



Nouveau commentaire :

Les commentaires sont d'ordre publics. Ils ne doivent en aucun cas porter atteinte aux personnes directement ou indirectement sous peine de poursuites. Ils doivent avoir un caractère social constructif. Les commentaires aident à l'échange et à maintenir une relation humaine de qualité.
Les commentaires ne respectant pas ces simples règles de bon comportement seront systématiquement effacés.






A VITA DI ZIA SANTA

Jean-paul Giorgetti

SUR LE CHEMIN DE GRAMPA

Jean-paul Giorgetti

FETE DU SACRE-COEUR A CANAGHJA

Jean-paul Giorgetti

MESSE A CANAGHJA

ass. Chapelle

Inscription à la newsletter