Simu tutti di qualchi locu. Eiu, so di a CANAGHJA

Aio Zitelli! tutti a u lavatoggio!


Rédigé le Lundi 7 Août 2017 à 19:29 | Lu 334 fois | 0 commentaire(s)


Le lavoir se fait une petite beauté !

Édifice emblématique du hameau, le lavoir de Canaghja a eu les honneurs de la population ce dimanche 6 août...pour un petit lifting annuel. C'est ainsi que vers 18H30, une dizaine de nos concitoyens, armés de pelles, brosses, balais et râteaux ont pris d'assaut le lavoir, récurant chaque coin de l'édifice pour éliminer algues, pourritures stagnantes, bestioles visibles ou invisibles.

Résidents et estivants associés ont uni leurs efforts et laissé un peu de sueur durant un peu plus d'une heure et demie pour  retrouver une eau limpide laissant briller la pierre de l'édifice. Le récurage des conduites facilita rapidement l'écoulement de l'eau du point d'alimentation au point d'évacuation.

Devant une kyrielle de très jeunes enfants amusés par cette nouvelle animation et de quelques paparazzi soucieux de faire le buzz, le lavoir a retrouvé pour un temps une nouvelle beauté de jouvence...et nous donner envie d'oublier nos machines à laver le linge et venir brosser et rincer nos habits...en tout cas sans être nostalgique d'un temps pas si lointain...ce fut l'occasion pour ces actifs dominicaux, une fois le travail terminé, de partager avec plaisir le verre de l'amitié en toute convivialité.

Pour l'histoire,rappelons que la création des lavoirs résulte d'une prise de conscience collective de l'importance de la salubrité publique et des principes élémentaires d'hygiène, car choléra, variole 19et typhoïde meurtrissaient le XIX siècle.  C'est la loi du 3 février 1851 qui vote un crédit spécial pour subventionner à hauteur de 30% la construction des lavoirs, et l'Assemblée Nationale vote un crédit de 600.000F, sous Napoléon III, pour la construction de lavoirs publics.
Dans certaines communes, les femmes utilisaient les lavoirs gratuitement, dans d'autres communes, elles devaient payer un droit. C'est à partir de 1910 que les lavoirs font vraiment leur apparition, et  que nous les connaissons; aménagés, couverts, considérés comme indispensables à la vie de la cité en facilitant le travail des lavandières. Avec son allure de petit temple, c'est là que s'incarne la part des travailleuses dont les tâches répétitives et souvent bien épuisantes se trouvent ici valorisées , voire sacralisées par un édifice remarquable.
On estimait souvent l'importance d'un village en fonction du nombre de lavoirs qu'il possédait. Le lavoir est un lieu éminemment social dans chaque village. C'est l'endroit où les femmes se retrouvaient une fois par semaine, où l'on échangeait sur les nouvelles du village ou de la région. On y chantait, on y faisait la causette, on échangeait des recettes de cuisine et parfois on y construisait des alliances familiales qui se terminaient en mariage...  
Le lavoir de Canaghja a été refait en 1935, puis son toit rénové il y a de cela une vingtaine d'années. A une certaine époque il avait même été supprimé et remplacé par un petit lavoir au lieu dit vignacce ce qui n'avait été du goût des villageois qui exigèrent sa reconstruction en son lieu d'origine. 
Du temps de son fonctionnement, le nettoyage incombait la veille à celle (s) qui lessivait (ent) le jour dit. Il fallait une bonne heure à une lavandière expérimentée pour accomplir son travail qui se répétait tous les quinze jours. La lessive (a bucata) se déroulait en trois temps: on savonnait et battait en premier le linge, on le ramenait ensuite à la maison pour le faire bouillir dans un cuvier et enfin on retournait le rincer. Le linge était ensuite étendu dans les champs à proximité pour être séché.
Comme aujourd'hui l'eau de la source et celle des Pozzi  alimentent le lavoir.

 


 





Nouveau commentaire :

Les commentaires sont d'ordre publics. Ils ne doivent en aucun cas porter atteinte aux personnes directement ou indirectement sous peine de poursuites. Ils doivent avoir un caractère social constructif. Les commentaires aident à l'échange et à maintenir une relation humaine de qualité.
Les commentaires ne respectant pas ces simples règles de bon comportement seront systématiquement effacés.