Simu tutti di qualchi locu. Eiu, so di a CANAGHJA

Rassemblement à Campile


Rédigé le Lundi 1 Septembre 2014 à 10:18 | Lu 796 fois | 0 commentaire(s)

Réponse de la population, du Maire au Préfet de Haute Corse


Réponse de la population, du Maire de Campile au Préfet de Haute Corse
Plus de 300 personnes se sont réunies samedi après-midi à Campile pour exprimer leur soutien à la demande de plusieurs communes de créer une Communauté de communes du Casacconi. Parmi elles une trentaine de maires et d’élus municipaux, une dizaine de conseillers généraux, des élus territoriaux  ainsi que le Président du Conseil général, Joseph Castelli.
JM Vecchioni, maire de Campile, initiateur de ce rassemblement, fut le premier à prendre la parole. Après avoir rappelé les raisons de cette démarche (incohérences multiples, compétences communautaires inadaptées, aggravation de la fiscalité pour les villages ruraux notamment), il s’est adressé au Préfet de Haute Corse qui refuse d’acter par arrêté la double décision des communes de sortir de la Communauté Marana-Golo  et du Conseil communautaire d’accepter cette sortie. « Mon combat, notre combat, n’est pas celui d’une opposition à l’intercommunalité… Je suis pour la construction d’une intercommunalité avec des territoires cohérents tant au niveau géographique, social et économique qui ne soit pas fondée sur le seul critère sélectif ne soit pas le seuil de population mais bien plutôt sur des besoins communs identifiés ».
Il évoqua les conditions de vie particulières des habitants des villages de montagne : « Ces territoires auxquels nous appartenons ne sont pas des entités vides. Des personnes y vivent, y travaillent malgré tous les handicaps qu’elles doivent supporter… Savez-vous, M. le Préfet que lorsqu’on doit faire ses courses, c’est au minimum une trentaine de km que l’on doit parcourir ? Idem pour se rendre chez le médecin ? ».
Il poursuivit son propos en rappelant les conditions de l’appartenance des communes rurales à l’intercommunalité Marana-Golo : « La réalité de l’intercommunalité dans laquelle vous vous entêtez à vouloir nous maintenir, c’et 20% d’augmentation sur les taxes d’habitation et foncières, c’est 75 000 euros qui sont prélevés chaque année sur les contribuables de nos six communes, sans aucune retombées, sans rien en retour ».
Il conclut en réaffirmant : « Créer une communauté de communes de petite taille n’est pas une mauvaise idée. La réalité quotidienne de nos territoires nous l’impose ! » .
A sa suite plusieurs élus JC Angelini, P Paolentini, PM Mancini, JF Acquaviva, insistèrent sur la nécessité de reconnaitre la double spécificité des zones rurales corses (parmi les moins denses de l’UE) et apportèrent leur complet soutien à la démarche du maire de Campile. F Orlandi  termina par un message de soutien du Président de l’Exécutif, P. Giaccobi.

Françoise Elisabeth DELCAMP




Nouveau commentaire :

Les commentaires sont d'ordre publics. Ils ne doivent en aucun cas porter atteinte aux personnes directement ou indirectement sous peine de poursuites. Ils doivent avoir un caractère social constructif. Les commentaires aident à l'échange et à maintenir une relation humaine de qualité.
Les commentaires ne respectant pas ces simples règles de bon comportement seront systématiquement effacés.







Inscription à la newsletter