Simu tutti di qualchi locu. Eiu, so di a CANAGHJA

Réunion en la mairie de Campile sur le problème des vaches en divagation


Rédigé le Samedi 29 Juillet 2017 à 21:56 | Lu 315 fois | 0 commentaire(s)

Adieu veaux, vaches, cochons...


« La divagation animale est un problème ancien qui concerne toute la Corse. Les services publics d'état, territoriaux, départementaux et communaux travaillent avec les élus pour trouver des solutions », pendant ce temps les vaches elles, rigolent...et se promènent à travers le maquis, sur les plages, le long des routes et traversent les villages y laissant  leurs excréments...toute le monde laisse faire....tout le monde ? Pas tout à fait. A Campile et plus particulièrement au hameau de Canaghja les habitants ont pris « le taureau par les cornes » et décidé d'agir collectivement à l'initiative d'un de leurs concitoyens.  Un comité de protestation d'une vingtaine de personnes s'est donc présenté ce samedi matin devant le premier magistrat de la commune pour exprimer leur mécontentement mais aussi leur angoisse de voir depuis plusieurs semaines cette divagation animale polluer le hameau et les mettre en danger.  

Une dizaine de vaches, taureaux et veaux vagabondent  explorent les rues, les jardins, les propriétés. Les bêtes arrachent les clôtures, abîment les chemins, dévorent les plantations, renversent les poubelles, polluent les fontaines, menacent. La nuisance potentielle la plus grave reste bien évidemment le danger pour les personnes et surtout les enfants. On sait que l'animal qui vagabonde, abordé par un chien par exemple fonce et n'évite rien ni personne. Un danger qui s'accroît pour les habitants  si un taureau fait parti de la bande ... sans que leurs propriétaires, lorsqu'ils existent, ne s'inquiètent de leur sort et encore moins de celui des sinistrés. Maigres et affamées, elles meuglent attendant un temps meilleur. Pourtant celles-ci engraissent bien leurs propriétaires qui savent avec pertinence obtenir de ce cheptel de substantielles primes. Sauver l'agriculture, et dans ce cas plus particulièrement l'élevage de montagne avec les deniers de l'état ou ceux de l'Europe voilà certes une démarche louable et citoyenne ...au moins on sait où passent nos impôts! mais comment ne pas s'interroger de ce peu de professionnalisme de la part d'une minorité d'éleveurs qui font bien du tort à ceux qui accomplissent leur travail avec compétence, sérieux et responsabilité.

En raison du poids politique de l’agriculture, les autorités hésitent à sévir. Les gendarmes sont «particulièrement sensibilisés» à la divagation, mais «leurs interventions sont rendues difficiles par l’absence de marquage, la fuite des animaux avant leur arrivée ainsi que d’autres aspects pratiques", écrivait en son temps le procureur général de Bastia, Paul Michel, à une plaignante. Il reconnaît que les arrêtés municipaux sont «difficilement applicables» et renvoie sur le préfet.

Mais la préfecture n’intervient qu’en cas de grand danger routier. «la lutte contre la divagation, c’est de la compétence du maire. Ce ne serait pas conforme à l’esprit de la décentralisation de leur enlever cette prérogative».

Alea jacta est ! 

Devant cette situation c'est donc une promesse qui est faite au comité par Monsieur le Maire de la commune de Campile qui compte dans un  temps très proche engager et poursuivre une juste négociation avec les éleveurs du cru pour arriver à une solution durable.

Sans doute la voix de la sagesse pacifique l'emportera, c'est en tout cas le souhait émis par le comité qui s'accorde à poursuivre sa vigilance.

 




Nouveau commentaire :

Les commentaires sont d'ordre publics. Ils ne doivent en aucun cas porter atteinte aux personnes directement ou indirectement sous peine de poursuites. Ils doivent avoir un caractère social constructif. Les commentaires aident à l'échange et à maintenir une relation humaine de qualité.
Les commentaires ne respectant pas ces simples règles de bon comportement seront systématiquement effacés.






Paese zitellinu

Jean-paul Giorgetti

CAFE GOURMAND

Jean-paul Giorgetti

ATELIER D ECRITURE

Jean-paul Giorgetti

Inscription à la newsletter