Simu tutti di qualchi locu. Eiu, so di a CANAGHJA

La semaine Sainte en Corse


Rédigé le Vendredi 30 Mars 2018 à 21:21 | Lu 250 fois | 0 commentaire(s)

/ des ténèbres à la lumière /
en p.j reportage photos de S.Corallini à Bisinchi /


La semaine Sainte en Corse

           Dans l'espace de la chrétienté, la semaine sainte -a settimana santa- est marquée par la disparition des cloches:le jeudi saint on dépouille les autels, on masque les statues, on éteint toutes les lumières. Au silence des cloches des instruments sonores en bois comme « ragane, badaghje, trapaghje » servent à annoncer les offices. Dans les temps anciens les enfants appelaient aux offices des vêpres en sillonnant les ruelles du village. « a i vespari »....il s'agit là de l'office des ténèbres. Ce rite se déroule autour d'un grand chandelier qui supporte 15 cierges qui s'éteindront l'un après l'autre au cours des litanies, laudes et autres psalmodies par les chantres qui chantent l'office. Lorsque la dernière lumière s’éteint, le bruit de la nuit des ténèbres commence pour chasser le diable. Dans de nombreux villages, le repas du soir du jeudi saint, appelé « a cena domini » se compose de pois chiches et de tagliarini (pâtes fraîches).

           Les confréries prennent le relais dès le vendredi saint pour conduire les processions, « la cerca, la parat, la granitula ». A Bonifacio par exemple, les grandes chasses vont se croiser dans la vielle ville. Tous les sanctuaires portent la marque du deuil et les crucifix sont recouvert d'un voile noir ou violet ; ils sont parfois ornés de plantes (blé nouveau). Une seule est interdite : la bruyère (a scopa) ; on dit qu'elle est menteuse (buigiardu come a scopa). Elle fut dans la légende celle qui trahit le Christ en refusant de l'abriter.

          La nuit du vendredi saint, le « catenacciu » est une cérémonie qui se déroule dans de nombreux points de l'île, le plus célèbre étant celui de Sartène. Celui de Bisinchi, commune voisine de Campile, est aussi très émouvant. Il s'agit d'une mise en scène du chemin de croix que le Christ fit pendant la passion. Habillé et cagoulé de rouge, cet inconnu va porter la lourde croix et traîner les chaînes sur le chemin de la Passion pour expier une faute grave. Ils est entouré de neuf compagnons, habillés et cagoulés de noir. L'un deux sera Simon de Cyrène, celui qui l'aida à porter la croix. On y entendra « Perdono », « Misere » et « Crucci Fisso », des chants poignants qui résonneront durant toute la procession.

          C'est sous l'influence des Franciscains, qui arrivent en Corse au XIIIe siècle que se développent les processions. C'est avec eux qu'apparaîtront les chemins de croix. Deux autres facteurs ont participé à la naissance de ce Catenacciu : l'influence aragonaise et la naissance des confréries à partir du XVe siècle.

          Dans le cycle de Pâques, le triduum, arrive le samedi saint. A l'office de la nuit le « gloria » est à nouveau chanté, il annonce le retour des cloches muettes depuis le jeudi saint. Les prêtres commenceront aussi les bénédictions des maisons. Sur la place de l'église on célébrera le feu nouveau alimenté par des bûches apportées par chaque famille. Avec un reste enflammé elles rallumeront le foyer préalablement nettoyé. C'est dans ce feu nouveau que l'on brûle les rameaux de l'année précédente. C'est aussi ce jour là que l'on fait des "miacci" dans les fours.

          Le jour de Pâques, jour où l'on fête la résurrection du Christ, date qui marque la fin de la période du carême. On pourra ainsi manger l'agneau pascal qui est l’honneur sur les tables. Au dessert on trouvera des panette, canistroni et cacavelli etc...

          Le lundi de Pâques, c'est le jour de la "menrendella". Les enfants partent en toute liberté jouer et manger dans la nature. Chaque enfant recevra pour l'occasion son campanile en ce jour de fête et de partage au cours d'un repas champêtre...pour retrouver des forces vives. Dans la région de Borgo, en l'église de la Canonica on fête  ce lundi de Pâques San Parteu, qui jadis faisait l'objet de grandes dévotions, en particulier dans le Giussiani. Se rappelle-t-on encore de cette formulette « zampa di boie, zampa di vacca, Che san Parteu ci mandi l'acqua, Acqua è micca ragnola ».

 A tutti bona pasqua
A suivre reportage photos Catenacciu de Bisinchi Mars 2018, de Stéphane Corallini @ co-redacteur du site www.canaghja.com

 

_u9c9790_copie_1_.jpg _U9C9790 copie(1).jpg  (1.66 Mo)
_u9c9800_copie.jpg _U9C9800 copie.jpg  (1.97 Mo)
_u9c9798_copie.jpg _U9C9798 copie.jpg  (2.24 Mo)
_u9c9795_copie_1_.jpg _U9C9795 copie(1).jpg  (1.96 Mo)
_u9c9801_copie.jpg _U9C9801 copie.jpg  (2.86 Mo)



Nouveau commentaire :

Les commentaires sont d'ordre publics. Ils ne doivent en aucun cas porter atteinte aux personnes directement ou indirectement sous peine de poursuites. Ils doivent avoir un caractère social constructif. Les commentaires aident à l'échange et à maintenir une relation humaine de qualité.
Les commentaires ne respectant pas ces simples règles de bon comportement seront systématiquement effacés.






Immaculée conception

Jean-paul Giorgetti

En route pour 2019

équipe de la rédaction

L'ETE AU VILLAGE

Jean-paul Giorgetti

La semaine Sainte en Corse

redaction du site

Inscription à la newsletter