Simu tutti di qualchi locu. Eiu, so di a CANAGHJA

CHANSON SATYRIQUE sur les FILLES de CANAGHJA


Rédigé le Jeudi 21 Février 2013 à 23:42 | Lu 411 fois | 0 commentaire(s)


CHANSON SATYRIQUE sur les FILLES de CANAGHJA

Composée au début du siècle par Raphaël MARIOTTI et Sebalone RAFFAELLI le père de Baptistine quelque peu dépités de constater que les jeunes filles du village ne paraissent pas s’intéresser aux jeunes gens de leur condition : « …elles veulent des employés et non des manuels…. »

ATTENTION la transcription est totalement phonétique, quelques vers ont disparu, d’autres ne sont pas à leur place et certains mots sont pratiquement dénués de toute étymologie, c’est un document oral composé sur un coin de table au buffet de la gare à Barchetta qu’il faut accepter tel qu’il est pour son authenticité.

Cumincia ne vogliu ‘n fondu
E cantalle una a una
N’un vogliu piu sta a guerda
S’ell’è bionda o s’ell’è bruna
Vi la digu spassiunatu
A mè nun mi vuol’nisuna
...............................
Un’ volenu zappadioli
Ne volennu l’impiigati
Perchè li travaigliadori
Di Canaja so sprezzati
E per cuntentale tutte
Sriveremu a gli sennati
…………………………………..
A Camella* la piu bella
Li daremu un ermerale
E po’accantu c’è Geni
Si merita un generale.
Cullemu un poccu piu ‘n su
A truvanne a Catalina
Quella la numineremu
Dughessa di Custentina
E Maria di lu Casone
Prefettu di la marina
Que non c’iappiemo a lascia
A Trojani Marietta
A Pariggi ch’è in Berchetta
Maria di Miniguellu
C’è un’ gradattu qui l’aspetta
Memetta subito a piano
E molto pretenssiunuta
Di vulenne un’magistradu
Quessa un’ l’averebbe criduta
Un comte l’un bastera
A Maria la fumuta
Ch’ellu ci caschi lu capu
E perdenne la mémoria
C’aviamu lasciatu a Ninni
Chi era la nostra gloria
Di lu so cuntrarullore
Ch’ella ne diventi moglia.
A Terezia li deremu
Un culunnelu d’armata
A Santà la piu gentile
Un cummandent’di brigada.
A la so surela Cecca
D’a un’ sergente è bramata
Che non appiemu a lascia
Un’ nuvaghiu à ‘Namaria
Quessa la numineremu
Regina di Lumbardia.
Per Anna di la Funtana
Principessa di Turquia.
N’un cè piu nunda a lascia
A Nunzia-Maria di Rampa
Per maritu li deremu
Lu gran’ tresorie’ di Francia.
Di furtuna e di ricchezza
Li nemu* datu abbastenza.

Cette « chanson » enregistrée à CAMPILE le 14 Janvier 1963 est chantée par Françoise FLORA (Zia Cecca). Elle a été recueillie par M. Félix QUILICI avec beaucoup d’autres. Un album de trois disques 33 tours a été édité en 1982 par les Archives Sonores de la Phonothèque Nationale et se trouve disponible à la BNF sous le label :
Musique Corse de Tradition Orale Mission Félix Quilici 1961 à Janvier 1963.

ATTENTION : La traduction française est pour le moins ‘fantaisiste’ …



Nouveau commentaire :

Les commentaires sont d'ordre publics. Ils ne doivent en aucun cas porter atteinte aux personnes directement ou indirectement sous peine de poursuites. Ils doivent avoir un caractère social constructif. Les commentaires aident à l'échange et à maintenir une relation humaine de qualité.
Les commentaires ne respectant pas ces simples règles de bon comportement seront systématiquement effacés.






TROIS CONTES

Jean-paul Giorgetti

u gattu volpe

André Raffaelli

GRAND-PERE VIGNERON

André Raffaelli

Le raccourci du Campu Santu

André Raffaelli

HISTOIRES DE CLOCHER

André Raffaelli

Inscription à la newsletter